L’histoire de la naissance du Google Cardboard

Partage Facebook Partage Twitter

Cardboard
L'histoire de la naissance du Google Cardboard

L’histoire du Google Cardboard commence officiellement pour le grand public le 25 juin 2014. C’est en effet durant la Google I/O 2014 que Google a réalisé une drôle de présentation : celle d’un masque de réalité virtuelle en carton : le Google Cardboard était né.

La Google I/O est une conférence annuelle s’étalant généralement sur deux journée et étant organisée par Google. C’est en quelque sorte la grande messe annuelle de Google au sein de laquelle on retrouve de très nombreux développeurs. C’est l’occasion pour le géant de Montain View de faire le point sur ses technologies existantes et celles à venir.

Google I/O 2014

Google I/O 2014

Très rapidement, le Cardboard va attirer la curiosité des journalistes et personnes présentes sur place. La sortie de cet objet atypique en carton sera relayée dans la majorité des médias traitant des nouvelles technologies.

Un support de smartphone dédié à la réalité virtuelle

Le Google Cardboard est un pari osé pour Google : faire de ce support pour smartphone, un objet de démocratisation de la réalité virtuelle. Le Cardboard permet en effet de contenir un Smartphone diffusant des applications de réalité virtuelle afin de transformer ce dernier en casque de réalité virtuelle. Le procédé est simple mais extrêmement efficace. Retours sur la conception de ce casque de carton.

Homme équipé d'un Google Cardboard

Homme équipé d’un Google Cardboard

Le Google Cardboard fut lancé par deux français

David Coz et Damien Henry sont les deux français, employés de Google à l’origine du projet. La société américaine permet à ses salariés de consacrer 20% de leur temps de travail à travailler sur des projets personnels. C’est grâce à ce dispositif ainsi qu’à l’imagination et au savoir faire des ingénieurs français que fut conçu le Google Cardboard.

David Coz expliquera au magazine Science et Avenir que c’est d’abord en tant que fan de réalité virtuelle que le projet fut conçu. L’objectif annoncé était de proposer à tous publics une solution simple et peu onéreuse permettant d’accéder à de la réalité virtuelle. Il faut dire en effet qu’avant l’apparition du Google Cardboard, la réalité virtuelle n’était pas forcément démocratisée et réservée à quelques connaisseurs.

Afin de concevoir le Google Cardboard, les français se sont grandement inspirés de ce qui existait déjà. Durovis Dive, une société Allemande, commercialisait en effet, avant la sortie du Cardboard, un support pour Smartphone en plastique ayant exactement le même usage que le Google Cardboard.

Durovis Dive

Le Durovis Dive

Google l’affirme : l’idée du Cardboard n’est pas de s’approprier une technologie. Et pour preuve, les patrons du Cardboard sont librement distribués et n’importe quel producteur peut les utiliser pour commercialiser son propre Cardboard. D’ailleurs, Google a travaillé en concert avec Durovis qui lui a notamment fourni les lentilles pour ses premiers modèles de Cardboard.

Le Cardboard est d’abord affaire d’initiatives personnelles

Au début du projet, les deux ingénieurs se sont installés dans le Fab Lab de l’Institut Culturel de Google. Pour principal outil, ils avaient à disposition une machine à découper laser permettant de concevoir leurs premiers modèles de Cardboard.

Assez rapidement, des prototypes fonctionnels purent être mis au point. Les français présentèrent alors leur création au responsable de recherche et développement de Google France puis aux équipes américaines. Le succès au sein des équipes Google fut rapidement au rendez-vous, permettant ainsi au projet de se développer et s’améliorer.

L'aimant du Google Cardboard

L’aimant du Google Cardboard

C’est ainsi qu’un collègue Allemand proposant d’améliorer le prototype eu l’idée d’insérer un aimant sur le côté du Cardboard. Ce dernier est très pratique puisqu’il permet d’interférer avec le magnétomètre du Smartphone inséré au sein du Cardboard, créant ainsi potentiellement un bouton déclencheur d’action. C’est notamment grâce à cet aimant que des commandes additionnelles furent ajoutées par exemple au sein de l’application Google Earth, permettant d’utiliser certaines de ses fonctionnalités sans avoir à sortir le Smartphone du Cardboard pour déclencher une commande.

 

Un début de projet faisant sourir Larry Page

Lorsque le projet fut finalement présenté à Larry Page, l’un des fondateurs historique de la firme et actuel Directeur Général de Google, il approuva l’initiative. Il permis au Google Cardboard d’être propulsé à une étape supérieur et d’être finalement présenté à la Google I/O 2014. Une consécration pour les ingénieurs français !

Entre temps, d’autres collaborateurs Google vinrent à l’appui des français et les aidèrent à développer le projet en créant notamment une application spécifique « Cardboard » et en y adaptant les principales applications Google (Google Earth, Street View, etc.).

Application Google Earth pour le Cardboard

Application Google Earth pour le Cardboard

 

Un succès immédiat

Durant la Google I/O, 10 000 Google Cardboard furent distribués. Dans les semaines qui suivirent, quelques sociétés proposaient également leur propres Cardboard à la vente, généralement pour une vingtaine de dollars. Dans le même temps, des développeurs proposaient également de nouvelles applications de réalité virtuelle dédies.

 

Alors que la réalité virtuelle semblait être un domaine entièrement réservé à l’Oculus Rift, le Google Cardboard a démocratisé ce domaine pour le faire sortir du simple environnement « gaming ». C’est aujourd’hui un nouveau marché qui s’ouvre, devant sans aucun doute beaucoup au Cardboard et à ses fondateurs. En Février 2016, Google annoncé avoir vendu 5 millions de casques.

Recevez gratuitement nos bons plans Cardboard

Meilleurs applications, offres exclusives, actualités : recevez chaque dimanche nos meilleurs actualités liées au Cardboard

Vos données ne seront en aucun cas transmises à des tiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *